• CHAMPIONNAT DU MONDE 2014

    LE RESUME

    (POUR CEUX QUI DORMAIENT DEPUIS 3 MOIS)

     

    Le Championnat du monde d'échecs 2014 opposa en novembre à Sotchi (Russie), le Norvégien Magnus Carlsen, no 1 mondial et champion du monde en titre, à l'Indien Viswanathan Anand, no 6 mondial et prédécesseur de Carlsen en tant que champion du monde. Anand a obtenu ce match-revanche en gagnant le tournoi des candidats, devançant ses adversaires (Kramnik, Andreïkine, Topalov, Mamedyarov, Aronian, Karjakine et Svidler).

     

    Première partie

    Lors de la première partie, Anand a les blancs. Bien qu'ayant obtenu une position favorable contre la défense Grünfeld, il ne parvient pas à concrétiser son avantage et se retrouve en difficulté. Il trouve tout de même in extremis un échec perpétuel et la partie se conclut par une nulle au 48ème coup.

     

    Deuxième partie

    Lors de la deuxième partie, Magnus Carlsen ouvre par 1. e4 et une défense berlinoise s'ensuit. Après l'échange des pièces légères, le contrôle par Carlsen de la colonne ouverte e ainsi que son roi bien plus en sécurité rendent la position d'Anand difficile. Sous pression chronométrique, Anand commet une erreur décisive au trente-quatrième coup et abandonne après le 35ème coup blanc.

     

    Troisième partie

    Anand ouvre par 1. d4 et Carlsen répond par une défense indienne qui transpose rapidement vers une variante très pointue du gambit de la dame refusé. Une poussée à l'aile dame permet à Anand d'avancer le pion de la colonne c jusqu'à la septième ligne. Carlsen est contraint de bloquer ce pion avec sa dame. Il obtient quant à lui un pion passé sur la colonne a, mais celui-ci est moins avancé que le pion d'Anand. Anand joue l'ouverture rapidement, ce qui laisse penser qu'il s'agit d'une préparation de son équipe. Carlsen parvient finalement à capturer le pion en c7, mais ce faisant il cloue son fou sur cette case. Dans une position désespérée et avec seulement quelques minutes pour atteindre le contrôle temporel des quarante coups, Carlsen sacrifie la qualité sans réelle compensation, et abandonne au 34ème coup.

    Lors de la conférence de presse qui suivit la partie, Anand confirma que sa préparation s'étendait jusqu'au 24e coup au moins.

     

    Quatrième partie

    Carlsen ouvre par 1.e4 et Anand répond par une défense sicilienne. Carlsen parvient à prendre l'initiative et au vingt-quatrième coup obtient un léger avantage. Carlsen commet alors une imprécision, permettant à Anand d'échanger plusieurs pièces. Anand se montre très à l'aise après ces simplifications et, avec un jeu précis, il maintient une position égale qui résulte en une nulle par échec perpétuel au quarante-septième coup.

     

    Cinquième partie

    Lors de la cinquième partie Anand ouvre à nouveau par 1. d4 et une défense ouest-indienne s'ensuit. La partie s'est conclue par une nulle en 39 coups d'un commun accord.

     

    Sixième partie

    L'ouverture est une Sicilienne Kan dans laquelle Carlsen choisit l'étau de Maroczy avec 5.c4. Les dames sont rapidement échangées et les Blancs disposent d'un avantage d'espace, la paire de fous et des opportunités d'exploiter les faiblesses des Noirs, mais leur structure de pions est compromise et souffre de pions doublés sur la colonne c.

    Carlsen obtient une position confortable mais les Noirs ont de bonnes possibilités défensives. Au 26ème coup noir, une combinaison aurait donné un avantage décisif à Anand mais a échappé aux deux joueurs. Les Noirs abandonnent finalement au 38ème coup.

     

    Septième partie

    La septième partie est une authentique défense berlinoise où Anand, avec les noirs, sacrifie un fou afin d'obtenir une finale tour-cavalier contre tour, théoriquement nulle. Il obtient effectivement la nulle après une partie particulièrement longue de 122 coups (la 2e partie la plus longue dans l'histoire des championnats du monde).

     

    Huitième partie

    La huitième partie transpose en une variante du gambit de la dame refusé, et se termine par une nulle en 41 coups d'un commun accord.

     

    Neuvième partie

    La neuvième partie est une défense berlinoise qui se termine assez rapidement par une nulle par répétition au 20ème coup.

    Lors de la conférence de presse, Carlsen déclara avoir décidé de répéter la position car il ne trouvait pas de solution et parce qu'Anand lui paraissait mieux préparé.

     

    Dixième partie

    La dixième partie, où Anand a les blancs, est une défense Grünfeld qui aboutit à une nulle après 32 coups.

     

    Onzième partie

    La partie est une défense berlinoise qui reste équilibrée. Anand, avec les Noirs, sacrifie cependant la qualité contre la paire de fous, l'amélioration de sa structure de pions à l'aile dame et un pion passé. Ces compensations s'avèrent cependant insuffisantes, la menace constituée par le pion passé ayant été surestimée par les Noirs et le contre-jeu étant faible. Après quelques imprécisions des Noirs, l'avantage des Blancs est patent et Carlsen entre en finale avec un grand avantage. Anand abandonne au 45e coup.

     

     

    Cette victoire porte le score de Magnus Carlsen à 6½ points, ce qui fait de lui le vainqueur du match et champion du monde pour la deuxième année consécutive.

     

    cf Wikipedia


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :