• MAGNUS CARLSEN EST-IL MEILLEUR

    QUE BOBBY FISCHER?

     

    Difficile à dire, puisque l'évaluation Elo est sujette à l'inflation... 

    Il est admis que le nombre points Elo a tendance à progresser continuellement depuis la création de ce système de classement en 1971. Cela signifie par exemple qu'un joueur actuel ayant un Elo de 2790 (Nakamura, Giri, Grishuk, Topalov par exemple) n'est pas objectivement aussi fort qu'un Bobby Fischer au temps de sa splendeur.

     

    Une autre signification du mot « inflation » serait de démontrer que le titre de Grand Maître International est devenu beaucoup moins exclusif (le titre de grand maître est partiellement basé sur la validation d'un certain nombre de points Elo minimale, et est donc affecté par l'inflation).

     

    Toutefois, il est possible de penser que les évaluations suivent le rythme de l'amélioration générale des compétences aux échecs, grâce notamment au développement des logiciels d'Echecs. Certains joueurs modernes ayant connu le jeu d'avant la Silicone l'affirme : trouver une nouveauté dans l'ouverture aujourd'hui est essentiellement basé sur les programmes et non sur l'intuition.

     

    Une autre solution serait de penser que le nombre de joueurs classés augmentant, le système d'Arpad Elo (le joueur plus fort s'accapare des points Elo de l'adversaire) privilégie les meilleurs joueurs du monde : la base de la pyramide alimentant le sommet.

     

    Tout d'abord, il est très intéressant de noter que, entre 1975 et 1985, il n'y avait pas d'inflation significative. Pourtant en 1975 seuls 1500 joueurs actifs étaient classés, contre 4600 dix ans plus tard. En prenant l'hypothèse de la pyramide, les meilleurs joueurs mondiaux auraient dû bénéficier de cet élargissement de la base...

     

    À compter de 1985, nous voyons une augmentation moyenne des meilleurs joueurs d'environ 7-8 points par année, durant une dizaine d'années. Globalement, l'inflation était de 30 points tous les quatre ans.

     

    Ensuite, à partir d'environ 1997, elle se stabilise un peu, au point où nous voyons maintenant un taux d'inflation d'environ 4 points par an. Ceci est non seulement vrai dans le top 100, mais également dans les niveaux inférieurs.

     

    Une autre voie pour expliquer cette évolution est de pointer du doigt le seuil de classement FIDE ainsi que le facteur K de la formule. Pour les allergiques aux mathématiques, donnons juste comme explication succincte que K est un coefficient de développement : 40 pour les 30 premières parties, 20 tant que le joueur est en dessous de 2400 points Elo et définitivement 10 ensuite. Ce système favorise les débutants qui peuvent ainsi voir leur classement Elo (et leur ego également!) progresser rapidement, mais au détriment de la vérité mathématique : ces joueurs sont surévalués et alimenteront facticement les joueurs qui les affrontent et qui gagne « facilement »davantage de points Elo...

    par ailleurs, la FIDE n'a longtemps classé que les joueurs à 2200+, seuil qu'ils ont abaissé par la suite à 2000+. Cet abaissement de seuil alimente aussi l'inflation.

    L'inflation continuera-t-elle encore ?

    Oui, non ! 

    Oui, car la FIDE a comme projet de classer tous les joueurs, jusqu'à 1000+ (Elo de départ). Et non, car après cette ultime abaissement de seuil, l'ensemble des points Elo disponible ne progressera plus qu'à l'aune de la progression du nombre de joueurs actifs. Or ce nombre ne devrait pas exploser dans les 20 ans qui viennent (à moins d'une soudaine passion mondiale pour le jeu d'Echecs).


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :