• FRANCAIS

    L'attaque Stonewall est un système d'ouverture caractérisé par les coups blancs 1.d4, 2.e3 3.f4 et 4.c3 habituellement suivis de 5.Fd3.

    Le cas de la stonewall est unique dans le monde des ouvertures. C'est l'une des façons les plus simples de jouer et pourtant, c'est l'une des ouvertures les plus rarement jouées dans les tournois (le gambit dame lui est souvent préféré).

    Elle est idéale pour les joueurs qui souhaitent entrer dans un milieu de partie sans avoir à apprendre beaucoup de théorie. Si la théorie actuelle considère qu'il s'agit d'un système permettant aux noirs d'égaliser facilement, faut-il encore connaître le chemin pour y arriver. Or cette attaque n'est pas très jouée.

    Il s'agit en fait d'une ouverture fermée et très stratégique ou finalement il suffit à chaque coup de trouver le coup le plus précis parmi 2 ou 3 coups intéressants. L'intérêt majeur de ce système, en dehors de l'avantage psychologique, c'est un plan adaptable mais surtout préparé.

    L'effet de surprise d'une arme peu connue et peu théorique est indéniable : l'adversaire doit improviser un bon plan et ce n'est pas si facile. Le temps et l'énergie gagnée dans l'ouverture peuvent se retrouver en fin de partie ou en finale. Par ailleurs, le joueur qui joue cette ouverture la connaît bien mieux que son adversaire qui la verra rarement.

    Si les Noirs ne réagissent pas avec assez d'énergie, les Blancs peuvent lancer une redoutable attaque sur le roi noir, typiquement avec Cf3-e5, l'avancée du pion g pour chasser le cavalier adverse, puis en sacrifiant le fou sur h7 avant d'amasser des pièces lourdes sur la colonne h. L'attaque est si violente que les Blancs ne prennent parfois pas la peine de mobiliser le cavalier b1 ni le fou c1.

    Les faiblesses de la formation Stonewall sont le trou en e4 et le fait que le fou c1 est bloqué par sa propre chaîne de pions. Si les Noirs se défendent de façon précise, ces faiblesses peuvent s'avérer sérieuses et c'est la raison pour laquelle on rencontre rarement cette ouverture à un haut niveau.

    Les Noirs disposent de plusieurs façons de se défendre. Une possibilité est de placer un ou deux fous en fianchetto, le coup ...g6 annihilant les idées de Fxh7+. Les Noirs peuvent également jouer ...b6 puis ...Fa6 pour tenter d'échanger le dangereux fou de cases blanches adverse. Un développement rapide du fou de cases blanches en f5 contribue également à neutraliser l'attaque blanche.

    Néanmoins je dois mettre en garde tout joueur décidant de jouer ce système contre le risque de sclérose que l'on coure en ne jouant que cette ouverture. En effet, le fait que l'on retrouve sans cesse le même type de position fermée avec un mur de béton et l'absence d'un centre dynamique risque d'être sclérosant à long terme. C'est pourquoi, il est important de jouer également d'autres ouvertures. Il est donc important de ne pas apprendre la Stonewall aux débutants. Il me paraît nécessaire d'attendre que sa vision du jeu soit suffisamment évoluée pour lui proposer une telle ouverture.

     

    ENGLISH

    The Stonewall attack is an opening system characterized by white moves 1.d4, 2.e3 and 3.f4 4.c3 usually followed 5.Bd3.

    The case of the stonewall is unique in the world of openings. This is one of the simplest ways to play and yet it is one of the most often played in tournaments openings (the Queen's Gambit is often preferred him).

    It is ideal for players who wish to enter a middle game without having to learn a lot of theory. If the current theory holds that it is a system that allows black to equalize easily, should we still know the way to get there. But this attack is not very played.

    This is actually a very open and closed strategic or finally just on every shot to find the most accurate shot from 2 or 3 interesting shots. The major advantage of this system, apart from the psychological advantage is an adaptable but above prepared plan.

    The surprise of a little known and little theoretical weapon is undeniable: the opponent must improvise a good plan and it is not so easy. The time and energy gained in the opening can be found later in the game or in the final. Furthermore, the player who plays this opening the much better known than his opponent who rarely see.

    If Black does not react with enough energy, White can launch a formidable attack on the black king, typically with Nf3-e5, the advance of the g-pawn to drive the opposing knight, then sacrificing the bishop on h7 before raise heavy parts on the h column. The attack was so violent that whites sometimes do not bother to engage the knight nor the crazy b1 c1.

    The weaknesses of the training are the Stonewall hole e4 and the fact that the mad c1 is blocked by its own chain of pawns. If Black defend accurately, these weaknesses can be serious and that's why we rarely encounter this opening at a high level.

    Blacks have several ways to defend themselves. One possibility is to place one or two bishops in fianchetto, stroke ... g6 annihilating ideas Fxh7 +. Black can also play b6 ... then ... Fa6 to try to exchange the dangerous madman adversely white boxes. A rapid development of the crazy white squares f5 also helps neutralize the white attack.

     

    However I must warn any player deciding to play this system against the risk of sclerosis that one runs by playing only the opening. Indeed, the fact that we find constantly the same type of closed position with a concrete wall and the absence of a dynamic center may be sclerosing long term. Therefore, it is important to also play other openings. It is therefore important not to learn the Stonewall beginners. I find it necessary to wait until the vision of the game is sufficiently advanced to propose such an opening.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :