•  BON FOU, MAUVAIS FOU

    Les caractéristiques du fou lui confèrent quelques avantages dans une partie d'échecs: il peut opérer à distance en restant bien tranquillement dans un coin et attaquer une pièce à l'autre bout de l'échiquier, il peut également traverser l'échiquier en un clin d'oeil et prendre un rôle offensif ou défensif en un rien de temps... bref, si on lui laisse le champ libre, il peut dominer l’échiquier Le hic c'est justement ça: le fou a besoin d'espace de manoeuvre. Il a besoin d'un jeu et d'un centre ouverts pour libérer toute sa fougue. Le fou peut être classé comme étant bon ou mauvais et comme étant actif ou inactif. Afin de maîtriser le fou, il est bien important de comprendre ces classifications pour pouvoir en retirer le maximum.

     

    Le bon et le mauvais

     

    Un fou est considéré bon lorsque les pions centraux de son camp ne sont pas placés sur des cases de la même couleur que lui. Il est donc considéré mauvais lorsque ses pions centraux occupent la même couleur.

      

    L'actif et l'inactif

     

    Un fou peut aussi être classé par son niveau d'activité. Comme vous l'avez certainement deviné, on qualifie un fou comme étant actif lorsqu'il joue un rôle déterminant dans la partie.

     Les mauvais fous peuvent aussi être actifs. Habituellement, un mauvais fou est considéré actif lorsque celui-ci est devant ses pions centraux plutôt que derrière

     En faite, la véritable force du fou vient de son niveau d'activité plutôt que de sa nature bonne ou mauvaise.

      

    Tirer le maximum du fou

     Bon, maintenant que nous sommes en mesure de classifier un fou selon sa position, essayons de trouver la façon d'obtenir tout le potentiel d'un fou dans une position donnée. En général, un fou actif sera toujours meilleur qu'un fou inactif. Aussi, à niveau d'activité égale, un bon fou sera toujours meilleur qu'un mauvais fou.

     

    Nous avons 3 possibilités de transformer un fou :

      

    Libérez le mauvais fou !

     Si le fou est mauvais et que le centre est encore flexible (les pions centraux ne sont pas bloqués par des pièces ennemis), poussez ou échangez les pions centraux afin de libérer les diagonales du mauvais fou. Par cette action, le mauvais fou deviendra à ce moment un bon fou.

     

    Placer le mauvais fou hors de la chaîne de pions !

     Le truc pour activer un mauvais fou lorsque le centre est fermé et statique est de placer le fou hors de la chaîne de pions.

      

    Echanger le fou contre une meilleure pièce !

     Lorsqu'aucune des solutions précédentes ne peuvent être effectuées, il est alors préférable d'essayer d'échanger son mauvais fou et/ou son fou inactif contre un fou de plus grande valeur chez l'adversaire. On aura ainsi réussi à diminuer l'écart de la force en notre faveur puisqu'on aura échangé du mauvais contre du bon.

      

    Je vous conseille de jouer une dizaine de parties en vous analysant en priorité vos fous, bons, mauvais, actifs et inactifs. Vous comprendrez rapidement que certaines finales vont devenir nettement plus faciles avec ces concepts ...

     

    Et maintenant, au boulot Pablo !!!

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique